Vers Mathilde (2004)

  • Claire Denis, – France
  • 1h 24m

Disponible du 17 avril au 13 juin, sur Tënk
> Voir le film pour la Suisse, la France, le Luxembourg et la Belgique
> Voir le film pour les autres pays de l’Union Européenne et le Royaume-Uni
Available from 17 April to 13 June, on Tënk
> Watch film for Switzerland, France, Luxembourg and Belgium
> Watch film for the other countries from the European Union and the United Kingdom


FR – Filmant un « travail en train de se faire », Claire Denis a suivi la chorégraphe française Mathilde Monnier le temps d’une création. De l’écriture à la mise en scène, le rapport au corps est abordé sous toutes ses facettes, donnant à voir le langage commun de deux artistes et tissant d’infinies passerelles entre danse et cinéma.

« Dans chaque geste il y a une résistance et un abandon ». C’est par ces termes que s’exprime la chorégraphe française Mathilde Monnier au sujet de son rapport à la danse et plus précisément au corps. Claire Denis l’a suivie le temps d’une création, de l’écriture à la mise en scène, en passant par les répétitions. Admettons que le cinéma soit une peau et l’on comprend ainsi les raisons pour lesquelles la cinéaste alterne entre l’utilisation du super 8 et du 16mm. Trouver la bonne matière, la texture idéale, cela participe du travail de recherche conduisant à faire corps avec la démarche de Mathilde Monnier. De cette présence pourtant discrète du dispositif naît une attention de tous les instants aux gestes, laissant dès lors à chaque spectateur.rice le soin d’épouser les courbes dessinées par les film. Cette médiation donne finalement à penser que cinéma et danse partagent un même langage dont on ne sait plus très bien qui se nourrit de l’autre. Avec une délicatesse infinie, Claire Denis filme le devenir d’une pièce comme processus du désir.

– Tom Bidou

EN – Filming a “work in progress”, Claire Denis followed the French choreographer Mathilde Monnier during a creation. From writing to staging, the relationship with the body is approached in all its aspects, allowing us to see the shared language of the two artists, and weaving infinite links between dance and film.

“In each gesture, there is resistance and abandonment.” This is how the French choreographer Mathilde Monnier speaks about her relationship with dance and more precisely with the body. Claire Denis followed her during a creation, from the writing to the staging, and via the rehearsals. Let us assume that film is a skin and we then understand the reasons for which the filmmaker alternates between the use of Super 8 and 16 mm. Finding the right material, the ideal texture, this is all part of the research work that leads to becoming one with the approach of Mathilde Monnier. This presence of the medium, no matter how subtle it may be, gives rise to continuous attention to every gesture, leading each spectator to feel the curves drawn by the film. Finally, this mediation allows us to think that film and dance share the same language, but that we no longer really know which one feeds the other. With infinite sensitivity, Claire Denis films the future of a piece like a process of desire.

– Tom Bidou

Director

Claire Denis

Producer

Celluloid Dreams

Language(s)

French