Punta Sacra (2020)

  • Francesca Mazzoleni, — Italy
  • 1h 38m

> Voir l’introduction – Carte Blanche
> Voir la discussion avec la réalisatrice
> Watch introductory Carte Blanche
> Watch the discussion with the filmmaker


FR— En bordure de Rome, à l’embouchure du Tibre, le petit quartier d’Idroscalo di Ostia, avance librement dans la mer. Ses habitantes, telles que Franca et ses filles, en portent les histoires, avec la force naturelle des lieux, entre réalisme sauvage et imaginaire populaire. Cette pointe sacrée devient le théâtre de la résistance d’une communauté qui exprime son droit à vivre sur ses terres.

À l’embouchure du Tibre, le petit quartier d’Idroscalo di Ostia, avance librement dans la mer, sans plan d’urbanisme apparent, coincé entre deux eaux. Les rues s’y terminent en terrains vagues éclaboussés d’embruns et les habitations de bric et de broc y sont largement ouvertes sur l’extérieur. Les récits qui se trament dans Punta Sacra sont tout aussi spontanés et en prise avec un réel vibrant. En 2010, la moitié des maisons ont été détruites et aujourd’hui, il n’y a plus que quelques centaines de famille qui y vivent, soudées et défendant leur droit à rester là. Les habitantes de la « Pointe Sacrée », telles que Franca, ses filles et ses voisines, en portent les histoires et clament leurs idées, avec la force naturelle des lieux, entre réalisme sauvage et imaginaire populaire. La cinéaste Francesca Mazzoleni y a capturé de nombreuses histoires : des scènes de jeux d’enfants sur la digue, des feux d’artifice entre chiens et loups, les discussions politiques autour d’une table… Ces scènes de paroles et de liberté prennent tout leur sens grâce à une mise en scène renforcée d’envolées au drone et des rythmes d’une musique originale et marquante.

— Madeline Robert

EN — At the edge of Rome, at the mouth of the Tiber, the small district of Idroscalo di Ostia juts right out over the sea. The women who live there, such as Franca and her daughters, bear its stories, with the natural force of the site, between wild realism and popular imagination. This sacred point becomes a theatre for the resistance of a community that expresses its right to live there.

At the mouth of the Tiber, the small district of Idroscalo di Ostia juts right out over the sea, without any signs of town-planning, stuck between two bodies of water. The streets end in waste land splashed with sea spray and the makeshift homes are, to a great extent, open to the outside. The accounts that are woven in Punta Sacra are equally spontaneous and in touch with a vibrant reality. In 2010, half of the houses were destroyed and today there remain only a few hundred families, who are united and defending their right to stay there. The women who live on the “Sacred Point”, such as Franca, her daughters and her neighbours, bear its stories and proclaim their ideas with the natural force of the site, between wild realism and popular imagination. The filmmaker Francesca Mazzoleni has captured many stories here: scenes of children’s games on the seawall, fireworks at twilight, political discussions around a table… These scenes of talks and freedom take all their meaning thanks to a setting reinforced by drone shots and the rhythms of an original and striking score.

— Madeline Robert

Language(s)

Italian