Prière pour une mitaine perdue (2020)

  • Jean-François Lesage, — Canada
  • 1h 19m

> Voir l’introduction – Carte Blanche
> Voir la discussion avec le réalisateur
> Watch introductory Carte Blanche
> Watch the discussion with the filmmaker


FR— La nuit tombe sur Montréal enneigée. Des gens patientent et se succèdent au bureau des objets trouvés des transports de la ville. Tous ont égaré quelque chose qui, après réflexion, devient le symbole d’une perte plus profonde. Après Conte du Mile End (VdR 2013) et La Rivière cachée (VdR 2018) Jean-François Lesage revient à Visions du Réel avec un film affectueux, mélancolique et joyeux.

La nuit tombe sur Montréal enneigée. Des gens patientent et se succèdent au bureau des objets trouvés des transports de la ville. Tou.te.s ont égaré quelque chose qui s’avère être le symbole d’une perte plus profonde ; une ‹ tuque › (au Canada, un bonnet de laine orné d’un pompon), une photo, mais aussi l’amour de la famille, d’un être aimé. Dans une quête qui n’est pas sans rappeler celle de Chronique d’un été (1960) – film fondateur du cinéma-vérité réalisé par Edgar Morin et Jean Rouch, qui s’enquéraient du bonheur des Français – Jean-François Lesage brosse, au fond, une chronique d’une certaine humanité, avec toute la douceur et la bienveillance qui caractérisent son cinéma. Après Conte du Mile End (VdR 2013) et La Rivière cachée (VdR 2018), il revient au Festival avec un film affectueux et mélancolique qui enregistre les confidences et les conversations, dans la rue ou durant les repas – si chers à Morin également –, tandis que la neige inlassablement tombe sur la ville feutrée.

— Emilie Bujès

EN — Night falls on snow-covered Montreal. People wait and take turns at the lost property office in the city’s transport department. They have all misplaced something which, in hindsight, comes to symbolise a deeper loss. After A Mile End Tale (VdR 2013) and The Hidden River (VdR 2018), Jean-François Lesage comes back to Visions du Réel with an affectionate, melancholic and joyous film.

Night falls on snow-covered Montreal. People wait and take turns at the lost property office in the city’s transport department. They have all misplaced something which turns out to be symbolic of a deeper loss: a ‘tuque’ (in Canada, a woolly bobble hat), a photo, but also the love of the family or a loved one. In a quest which is reminiscent of that in Chronique d’un été (1960)—a founding film of cinéma-vérité directed by Edgar Morin and Jean Rouch, who were looking into the happiness of the French people—Jean-François Lesage essentially draws a chronicle of a certain humanity, with all the gentleness and benevolence that characterises his filmmaking. After A Mile End Tale (VdR 2013) and The Hidden River (VdR 2018), he comes back to the Festival with an affectionate and melancholic film that records confidences and conversations, in the street or during meals—also so cherished by Morin—while snow falls tirelessly on the muffled city.

— Emilie Bujès

Language(s)

French, English, Creole