My Mexican Bretzel (2019)

  • Nuria Giménez, – Spain
  • 1h 14m

Disponible du 24 avril au 7 mai, sur Tënk, limité à 500 places
> Voir le film pour la Suisse, la France, le Luxembourg et la Belgique
> Voir le film pour les autres pays de l’Union Européenne et le Royaume-Uni
Available from 24 April to 7 May, on Tënk, limited to 500 seats
> Watch film for Switzerland, France, Luxembourg and Belgium
> Watch film for the other countries in the European Union and United Kingdom


FR – Femme suisse dont le train de vie fait rêver, Vivian Barret traverse le monde des années 1950-60 d’un élan romanesque. Son quotidien, ses voyages, ses émotions, comme sa quête du bonheur et de l’amour sont racontés dans un journal intime, illustré par les somptueuses archives filmées par son mari.

Le film débute par des images silencieuses : des archives de pilotes suis-ses durant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque le son apparaît, c’est progressi-vement et avec une grande subtilité : un bruissement d’aile, un pas sur la carlin-gue, les vibrations du moteur de l’appa-reil… L’histoire, elle, est portée par un beau texte : emprunté aux journaux que Vivian Barret tient avec précision et de manière romanesque. Traversant le monde et le XXe siècle, avec glamour, elle est un personnage dont le train de vie fait rêver, dans une fresque d’archives personnelles, aux couleurs vives et saturées, enregistrées par son mari. « Les mensonges ne sont qu’une autre façon de dire la vérité », la citation en épigraphe de My Mexican Bretzel nous éclaire brièvement sur une autre lecture à avoir de cette histoire. Mais le récit de Vivian, fort de péripéties, emporte naturellement dans sa quête de bonheur et d’amour. Jusqu’à la fin, on ne se questionnera pas quant à l’origine des matériaux incroyables qui composent le film. L’occasion de réfléchir a posteriori à la question du documentaire et de la fiction, ou celle du vrai et du faux au cinéma.

– Madeline Robert

EN – A Swiss woman whose lifestyle makes you dream, Vivian Barret experienced the world of the 1950-60s like something from a novel. Her daily life, her travels, her emotions, like her quest for happiness and love, are recounted in a diary, illustrated by the sumptuous archives filmed by her husband.

The film begins with silent images: archives of Swiss pilots during the Second World War. When the sound appears, it does so gradually and with great subtlety: the swish of a wing, a step in the cabin, the vibrations of a plane’s engine… As for the story, it is driven by a beautiful text: borrowed from the journals that Vivian Barret kept with precision and like a novel. Crossing the world and the 20th century with glamour, she is a personality whose lifestyle was one dreams are made of, in a fresco of personal archives, in lively and saturated colours, recorded by her husband. “Lies are just another way of telling the truth,” the epigraphical quotation of My Mexican Bretzel briefly enlightens us about another possible reading of this story. But Vivian’s account, full of adventures, naturally carries us away in her quest for happiness and love. We will not wonder about the source of the incredible materials that make up the film until the end. An opportunity to reflect retroactively on the question of documentary and fiction, or that of true and false in filmmaking.

– Madeline Robert

Director

Nuria Giménez

Producer

Nuria Giménez

Language(s)

English