Man No Run (1989)

  • Claire Denis, – France
  • 1h 30m

Disponible du 17 avril au 13 juin, sur Tënk
> Voir le film pour la Suisse, la France, le Luxembourg et la Belgique
> Voir le film pour les autres pays de l’Union Européenne et le Royaume-Uni
Available from 17 April to 13 June, on Tënk
> Watch film for Switzerland, France, Luxembourg and Belgium
> Watch film for the other countries from the European Union and the United Kingdom


FR – Révolutionnant le bitsuki, musique traditionnelle camerounaise, le groupe Les Têtes Brûlées entame en 1988 une tournée en France. À leur arrivée sur le tarmac, Claire Denis les attend avec quelques bouts de pellicule et sa caméra. C’est là le point de départ d’un voyage tumultueux aux côtés de musiciens à l’énergie électrique.

Électrisant au possible le bitsuki - musique traditionnelle camerounaise - le groupe Les Têtes Brûlées entame pour la première fois en 1988 une tournée hors de son pays. Direction la France où les attend à leur arrivée sur le tarmac, Claire Denis avec quelques morceaux de pellicule et un enregistreur Nagra. De la bricole de la cinéaste couplée à l’esprit punk du groupe émane un film libre qui vagabonde au gré des pérégrinations des musiciens. Cette spontanéité de la mise en scène est perceptible dans le jeu qui s’installe entre la regardeuse et les regardés. Des fêtes aux rencontres, des concerts aux coulisses, des découvertes d’un territoire inconnu au mal du pays, tout y passe. Tout en se laissant guider par Les Têtes Brûlées, Claire Denis prend également soin de donner à voir le coeur de leur musique. Les multiples scènes de concerts qui parcourent le film laissent percevoir l’effet de sidération qu’a produit l’irruption de leurs sonorités sur le public. Devenu un groupe mythique sur lequel tout et son contraire s’est dit, Man No Run fait de ces hommes de simples immortels.

– Tom Bidou

EN – Revolutionising bitsuki, traditional Cameroonian music, the band Les Têtes Brûlées begins a tour through France in 1988. At the arrival on the tarmac, Claire Denis is waiting with some filmstrips and her camera. This is the starting point for a boisterous trip alongside these highly charged musicians.

Electrifying bitsuki, traditional Cameroonian music, as much as possible, the band Les Têtes Brulées begin a tour outside their country for the first time in 1988. They head to France where, on their arrival on the tarmac, Claire Denis is waiting with some filmstrips and a Nagra recorder. The filmmaker’s tinkering combines with the group’s punk spirit to create an independent film that roams around the peregrinations of the musicians. This spontaneity and mise en scène is discernible in the game that sets in between the watcher and the watched. From parties to gatherings, from concerts to the backstage area, from discoveries of an unknown territory to homesickness, it is all there. Whilst letting herself be guided by Les Têtes Brulées, Claire Denis also takes care to reveal the heart of their music. The many scenes of concerts that run through the film show the effect of shock that the eruption of their sounds generated with the public. Becoming a legendary group about which conflicting arguments have been made, Man No Run makes these men simple immortals. 



– Tom Bidou

Director

Claire Denis

Producer

Casa Films

Language(s)

French