Las Ranas (2020)

  • Edgardo Castro, — Argentina
  • 1h 18m

> Voir l’introduction – Carte Blanche
> Voir la discussion avec le réalisateur
> Watch introductory Carte Blanche
> Watch the discussion with the filmmaker


FR — Une femme rend visite à son amoureux, enfermé dans une prison à quelques heures de route de Buenos Aires. Chaque semaine, elle se débrouille comme elle le peut pour accomplir sa mission : fournir à son copain sa dose de nourriture, de drogue et d’amour. Dans un exercice de réalisme viscéral, Edgardo Castro construit avec Las Ranas, une histoire d’amour bouleversante.

‹ Rana ›, en espagnol, veut dire grenouille, mais dans l’argot carcéral, c’est le terme que l’on utilise pour nommer les femmes qui vont visiter ceux qui sont enfermés. Elles attendent leurs visites avec une discipline religieuse afin de prolonger, dans le cadre du confinement, l’illusion d’une relation amoureuse. Le nouveau film d’Edgardo Castro, cinéaste amateur des dérives, du temps dilaté et des espaces distendus, suit la démarche obstinée d’une de ces ‹ ranas ›. Chaque semaine elle retrouve son amoureux, incarcéré dans une prison à quelques heures de route de Buenos Aires. Le film met en oeuvre un dispositif d’intimité total avec son personnage : sa caméra pose un regard omniprésent, comme une inscription sur la peau de la jeune femme. Nous partageons ainsi son quotidien dans la banlieue de la capitale argentine, où elle essaye de se débrouiller au mieux, afin d’accomplir sa mission hebdomadaire : fournir à son copain sa dose de nourriture, de drogue, d’amour. Plus qu’un film, Las Ranas est un exercice de réalisme viscéral, le journal impossible d’une anti-héroïne. Une histoire d’amour déchirante.

— Elena López Riera

EN — A woman visits her boyfriend, locked up in a prison a few hours’ drive away from Buenos Aires. Each week, she manages as best as she can to accomplish her mission: provide her boyfriend food, drugs and love. In an exercise of visceral realism, Edgardo Castro constructs a harrowing love story with Las Ranas.

In Spanish, ‘rana’ means frog but, in jail slang, it’s the term used to name the women who come to visit those who are locked up. These women wait for this encounter with religious discipline in order to prolong the illusion of a romantic relationship in the context of the confinement. The new film by Edgardo Castro, a filmmaker who is a fan of downward spirals, dilated time and distended areas, follows the obstinate approach of one of these ‘ranas’. Each week, she visits her boyfriend, incarcerated in a prison a few hours’ drive away from Buenos Aires. The film makes use of total intimacy with its character: its camera lays an omnipresent gaze, like an inscription on the young woman’s skin. We thus share her day-to-day life in the suburbs of the Argentinian capital, where she tries to manage as best she can to accomplish her weekly mission: to provide her boyfriend a dose of food, drugs and love. More than a film, Las Ranas is an exercise of visceral realism, the impossible diary of an anti-heroine. A harrowing love story.

— Elena López Riera

Director

Edgardo Castro

Producer

Edgardo Castro

Language(s)

Spanish