Invisible Paradise (2020)

  • Daria Yurkevich, – Belarus
  • 52min

> Voir l’introduction – Carte Blanche
> Watch introductory Carte Blanche


FR – Yulia, Alesia et Olya sont trois sœurs biélorusses. Elles ont grandi en parfaite harmonie avec leur environnement qu’elles continuent d’habiter en se livrant, entre-autres, à la pêche et à la culture vivrière. Daria Yurkevich cadre magnifiquement cette existence innocente, dans un « paradis » situé… non loin de la Zone d’exclusion de Tchernobyl.

À Chemerisy, un coin perdu de la Biélorussie, le temps est rythmé par les activités de subsistance (pêche, fermage…). C’est dans cette belle campagne que Yulia, Alesia et Olya, ont grandi, insouciantes… à côté de la Zone d’exclusion de Tchernobyl. Malgré la disparition précoce de leur père, mort d’une maladie aussi soudaine qu’étrange, les adolescentes, qui n’ont pas vécu l’explosion du réacteur – évoquée par quelques mots dans leurs cours d’histoire – ne semblent pas avoir conscience de la menace radioactive. Celle-ci devient parfois plus tangible quand les adultes parlent de cancers qui continuent d’apparaître. Et puis la famille doit emménager dans un appartement, plus loin… À travers une mise en scène minutieuse, Daria Yurkevich sème des indices qui font peu à peu vaciller l’image de ce « paradis » contaminé, bientôt perdu pour les jeunes filles. Elle compose une symphonie mélancolique qui dit la fin de l’innocence, et à travers elle, de la croyance, emportée un printemps 1986, en un « homme nouveau » qui s’est rendu maître de la Nature, avant d’en souiller irrémédiablement la beauté.

– Emmanuel Chicon

EN – Yulia, Alesia and Olya are three Belarusian sisters. They grew up in perfect harmony with their environment where they continue to live, engaging in fishing and subsistence farming. Daria Yurkevich frames this innocent existence magnificently, in a “paradise” located… not far from the Chernobyl Exclusion Zone.

In Chemerisy, a remote part of Belarus, time follows the rhythm of subsistence activities (fishing, tenant farming…). It is in this beautiful countryside that Yulia, Alesia and Olya grew up, nonchalantly…next to the Chernobyl Exclusion Zone. Despite the early death of their father from a disease as sudden as it was strange, the teenagers, who did not experience the explosion of the reactor—briefly evoked in their history lesson—do not seem to be aware of the threat of radioactivity. This becomes more tangible at times, when adults talk of the cancers that continue to appear. And then the family has to move to an apartment, further away… Through meticulous mise en scène, Daria Yurkevich sows clues that gradually shake the image of this contaminated “paradise”, soon lost to the young girls. She composes a melancholic symphony that recounts the end of innocence and, through it, that of belief, carried away in spring 1986, by a “new man” who made himself master of Nature, before irredeemably contaminating its beauty.

– Emmanuel Chicon

Director

Daria Yurkevich

Producer

Oxana Eihart

Language(s)

Belarusian, Russian